Le 1er matériel d’observation

C’est jamais facile de faire des choix dans la vie. Certains ont cette capacité de se décider tout de suite, prétextant que c’est la fatalité qui gère tout ça et donc que c’est pas la peine de peser le pour et le contre quand d’autres se posent beaucoup trop de questions. Dans tous les cas, il est indispensable de faire un choix plutôt que de laisser tomber. Un mauvais choix, au même titre qu’une abandon implique de la frustration. Mais le mauvais choix à cela en plus, qu’il permet d’apprendre de ses erreurs.

 

L’astrophotographie ne s’apprend pas en 2 jours. C’est un processus long, qui évoluera évidemment en fonction de la technologie. Sur la page « Débuter » j’explique qu’il est important que la 1ère phase du processus d’apprentissage soit la « capacité d’observation à l’œil nu« . Vient ensuite le moment crucial de choisir son matériel. Personnellement j’ai d’abord acquis un télescope pour observer, parfaire mon oeil et ma connaissance de l’Univers ( je pratiquai également la photo en parallèle) pour ensuite passer à la vitesse supérieur et investir dans du matériel dédiée à l’astrophoto.

 

 

Au risque de décevoir, et c’est préférable d’être sincère, les photos qu’Hubble nous envoie ne reflètent pas une expérience d’observation qu’il est possible de réaliser à l’œil nu. En effet, les objets du ciel profond émettent un signal faible, qu’il faut capter pendant plusieurs heures pour les compiler et obtenir une image qui a de la gueule. En instantané, il est impossible de distinguer des nébuleuses aussi détaillées. Mais rassurez vous, vous prendrez quand même une grosse baffe en observant les planètes du système solaire pour la première fois. En observant des objets du ciel profond, vous ne verrez qu’une tache lumineuse dans un 1er temps. Et croyez moi, voir une tache lumineuse en sachant que c’est une galaxie spirale qui traîne à plus de 2,5 millions d’années, qui contient des milliards d’étoiles et potentiellement de la vie, des gens ou des oiseaux ça calme. Et c’est ça qu’est merveilleux.

 

Choisir un télescope pour Observer :

  1. La 1ère chose à faire est évidemment de déterminer un budget. Partons sur 300e d’investissement maximum.
  2. Déterminons le Besoin : On observe à l’œil nu depuis un moment, et on veut aller voir ça de plus près. En gros on a juste besoin d’un truc qui zoom et qui retransmet bien la lumière.

 

1) Les différents types d’instruments :

a) Les jumelles :

Ah, tu nous parles de télescopes depuis le début et là tu commences avec des jumelles.

Oui. Parce que pour débuter, c’est vraiment ce qu’il y a de mieux. Rien que pour observer la Lune. C’est compact, facile d’utilisation, facile à transporter, que c’est plus trop cher, et que tu peux même l’utiliser pour l’observation diurne. Une jumelles c’est simple à comprendre. Il y a 2 objectifs, un pour chaque oeil, jusque là ça va, plus les objectifs sont gros, plus la jumelle sera lumineuse. Plus les objectifs sont long, plus on verra gros. On constate que les références de jumelles sont souvent suivi d’un chiffre du type : 12×4212 étant le grossissement. 42, le diamètre.
Le grossissement n’est pas compliqué à comprendre. Cela revient à dire que l’objet que l’on regarde au travers de ces jumelles, sera perçu comme 12x plus grand.

Plus le chiffre de grossissement est grand, plus l’image sera zoomée.

 

Le diamètre quand à lui, comme en photo, influe sur la capacité à collecter de la lumière. Plus le diamètre est grand, plus le pouvoir collecteur de lumière sera grand. Mais plus le diamètre est grand, plus les jumelles seront lourdes.

 

Dans tous les cas, je vous conseille de ne pas prendre des jumelles trop lourdes. Elles permettront de voir plus confortablement, mais nécessiteront surement l’achat d’un trépied en plus pour consolider l’expérience de vision. Mais rajouter un trepied à tout ça irait à l’encontre du principe des jumelles. Compact et simple d’utilisation. Privilégiez donc une paire légère, si vous voulez vraiment investir dans quelque chose de gros, passez à l’étape téléscope.

 

Le prix :

Evidemment, à quelques exceptions près, le prix justifie la qualité. Voici une sélection de paire pour l’observation astronomique du débutant.

 

Meilleur rapport Qualité/prix : Omegon 12×42 : 129€

Si j’avais eu de l’argent à mes débuts dans l’observation, c’est surement cette paire que j’aurais acheté. Elle a vraiment tout ce qu’il faut.

https://www.omegon.eu/fr/jumelles-omegon-blackstar-12×42/p,21346

 

 

Bon plan : Bushnell Legend Ultra 10×42 299€

 

Un grossissement plus petit et un prix plus élevé justifié par un pouvoir collecteur plus grand et une qualité de verre vraiment au dessus. En ce moment, sur ce modèle, vous économisez 150e grâce à astroshop. C’est Noel, pensez aux copains.

https://www.astroshop.de/fr/jumelles-bushnell-legend-ultra-hd-10×42/p,16603

 

 

 

b) Les Télescopes :

J’en parlais un peu sur la page « Débuter« , il y a plusieurs type de télescopes. Des télescopes avec des miroirs, d’autres avec des lentilles, tous ont leur caractéristiques propres.

On a défini un budget de 300e pour notre 1er outil d’observation. Voyons ce que l’on peut obtenir avec ça.

On souhaite observer d’encore plus près et approfondir notre expérience d’observation. La lune à l’oeil nu est incroyable. Jupiter brille merveilleusement dans la nuit également. Mais la voir se mouvoir au milieu de ses satellites est vraiment ce que j’ai envie d’observer. Il me faut donc un télescope. Un truc qui voit loin, et qui voit bien. Pas trop cher.

2 choix s’offrent à vous les débutants. Soit vous investissez dans :

  • Un telescope à reflexion (miroir)
  • Un telescope à refraction (lunette)

Pour faciliter la compréhension, nous appellerons « télescope » les réflecteurs et « lunette« , les réfracteurs.

 

Télescope à réflexion :

Ils n’ont pas de lentilles. Ils sont armé de miroirs, qui reflètent la lumière jusqu’à notre œil. Ce sont des réflecteurs.

 

 

Les télescopes sont souvent plus gros que les lunettes, ce qui leur permet de collecter beaucoup plus de lumière, et leur coûts de fabrication est bien inférieur à ceux des lunettes. Une lunette de la taille d’un télescope sera donc beaucoup plus chère que le télescope lui même, avec des caractéristiques technique semblable.

 

 

 

Voila comment fonctionne un télescope de Newton. La lumière entre par le tube et vient se refléter sur le miroir primaire au fond du tube. Le tout est renvoyé vers le miroir secondaire tenu dans l’araignée, et rebondit vers l’endroit où nous placerons notre œil pour observer.

Le point focal, est l’endroit où les rayons lumineux se rejoignent et forme une image nette. C’est à cet endroit qu’il faut regarder. On constate d’après le schéma, que ce point focal se place à l’intérieur du tube, il est impossible de placer son œil ici, c’est pourquoi on utilise des oculaires, que l’on vient glisser dans le tube d’observation. L’oculaire va capter l’image nette au point focal, la grossir (x25, x10 en général) et projeter l’image à l’infini.

 

Télescope à réfraction :

 

 

Le 2nd, est une lunette, et possède des lentilles, qui font converger la lumière jusqu’à notre œil. Ce sont de beau objets, robuste, facile d’utilisation, mais plus cher pour des caractéristiques techniques équivalentes.

 

 

Voila comment fonctionne une lunette astronomique. La lumière entre par l’avant du tube où se situe une 1ère lentille convergente. Les rayons lumineux (parallèle à la base) vont traverser la lentille et se rejoindre au point focal (foyer). Un oculaire se chargera de transmettre l’image nette, agrandie jusqu’à notre œil.

 

Avantage de la lunette astronomique :

  • Elle est plus facile à transporter, moins lourde
  • Elle est moins sujette au désalignement
  • Elle est hermétique et nécessite moins d’entretient

Inconvénient de la lunette astronomique :

  • A caractéristique équivalente, elle est beaucoup plus cher qu’un télescope (miroir)
  • Peu lumineuse, les gros diamètre étant extrêmement cher.
  • Les lentilles dévient les rayons lumineux. Des aberrations chromatiques apparaissent sur les entrée de gammes.

 

Avantage d’un télescope :

  • Coût réduit pour un gros diamètre et grosse focale
  • Pas d’aberrations chromatique

Inconvénient d’un télescope :

  • Lourd et plus compliqué à transporter
  • Désalignement possible pendant les transport (Collimation)
  • Le tube est ouvert et donc sujet aux turbulences et poussières

 

En dessous de 300e il n’est pas nécessaire d’acquérir un télescope à réfraction(lunette). L’idée ici est d’obtenir un instrument d’initiation, qui permet une observation concrète. On veut un instrument avec une longue focale et qui soit rapide (lumineux). La solution Potentiel/prix est celle d’un télescope à réflexion (miroir).

 

Pour ma part, j’ai commencé à observer avec un Skywatcher 130/900   f : 6.9

 

C’est un telescope (Newton). C’est l’instrument d’initiation idéal pour le débutant. Il collecte assez de lumière et sa focale est idéale pour une observation planétaire. Ce tube vous permettra surtout de vous faire la main et de comprendre l’utilisation de ce genre de télescope. Avec, la Lune et ses cratères sont merveilleux. Jupiter danse au milieu de ses satellites et Saturne se dévoile pour vous clouer le bec.
Il n’est malheureusement pas possible de faire de l’astrophotographie avec un tube comme celui-ci sans y apporter quelques modifications. (le tube est trop long, le point focal ne se fera jamais au foyer)

Omegon propose un modèle semblable et un peu plus cher : Omegon 130/920   f : 7

 

 

En 2ème choix, voici le StarBlast II de chez Orion 114/450 F/D : 3.9

Très rapide, son rapport F/D permet d’observer des objets peu lumineux. C’est son avantage par rapport aux 2 modèles précédent. Sa focale est 2x moins grande, les objets observés seront plus lumineux, mais également 2x plus petit que sur les 2 modèles plus haut.

 

Ces modèles sont également livrés avec une monture Équatoriale de type 1 ou 2.

C’est quoi une monture equatoriale ?

J’en parle un peu dans l’onglet « debuter« . Une monture c’est l’équivalent d’un trépied en photo. En photographie, on utilise des trépieds « alt-azimut » qui peuvent panneauter horizontalement et verticalement. En astronomie, les trépieds sont construit en fonction du mouvement de rotation terrestre. On utilise des montures « équatoriale« . Qui ont un axe « d’ascension droite » et un axe de « déclinaison« . (équivalents de la longitude et de la latitude)

 

En alignant la monture sur l’axe polaire, il suffira de modifier le degrés de déclinaison (tourner simplement une petite molette) pour que l’appareil sur la monture suive le mouvement de la Terre.

La monture Equatoriale de type 2 est légère, et facile d’utilisation. Elle supporte un tube de 900mm mais prends vite les vibrations. C’est un instrument d’entrée de gamme suffisant pour l’observation du débutant.

Pour vous faire une idée de ce que vous verrez avec tel ou tel instrument, l’outil Stelvision est là pour vous aider. Rentrez simplement le diamètre et la focale du télescope pour simuler la taille et la luminosité qu’aura la lune, saturne, M31 etc dans l’instrument.

Exemple avec les 2 propositions de télescope ci dessus :

 

114/450 f/D : 3.9

130/900 f/D : 6.9

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’observation à l’oeil nu est une expérience.

L’observation au travers d’un instrument en est une autre, différente, mais pas moins intense. Juste après le sentiment de merveilleux qui vous touchera, vous sentirez grandir ce besoin de partage, ce besoin de crier au monde que le réel existe, et qu’il est incroyable. Je l’ai vécu, j’ai eu besoin d’immortaliser cette image de saturne dans l’oculaire de mon Skywatcher 130/900. Et c’est comme ça que j’ai mis le pied dans l’astrophotographie.

 

Comment prendre des photos avec mon télescope ?